Mythes

«No pain, no gain »

Il est faux de croire que les traitements ou les exercices doivent être faits avec douleur pour obtenir les progrès souhaités. Au fait, il est plutôt rare que nous recommandions de se pousser à la limite de la douleur en physiothérapie. En général, le travail avec douleur provoque un nouveau processus inflammatoire qui ne fera que ralentir la réadaptation.


Ça bouge, donc ce n’est pas fracturé

On l’entend souvent celle-là. Tenez-vous-le pour dit, c’est totalement faux. Il arrive parfois même qu’il y ait plus de mouvements causés par le site de fracture.


Évaluation posturale informatisée

L’évaluation posturale fait partie intégrante de l’évaluation objective que le physiothérapeute exécute de façon routinière. Elle nous apporte certaines informations à tenir compte dans l’ensemble de notre évaluation. La posture statique ne suffisant pas, il est essentiel que le physiothérapeute exécute un ensemble de tests mécaniques généraux et spécifiques à la lésion qui semble être identifiée. C’est donc dire que l’évaluation statique debout et assise n’est qu’une minime composante à l’évaluation d’une lésion et d’une douleur.

L’ère de l’informatique nous a amené divers logiciels d’évaluation de la posture. Sur le marché depuis environ dix (10) ans, ils n’ont pas encore réussi à nous présenter un produit pouvant être d’une quelconque utilité clinique. Certes, au niveau marketing, il s’agit d’un bel outil. Malheureusement, les gens semblent aimer acheter ce que nous dit l’informatique, source de vérité pour certains.


Traitement préventif

Les traitements à titre de prévention ne sont d’aucune valeur, ils n’ont aucun fondement scientifique. Pourtant, certains soit disant professionnels sont portés à vous vendre cette idée. La prévention est de votre entière responsabilité. Les professionnels de la santé pourront vous indiquer quelles seront les mesures à prendre pour éviter une récidive. C’est à l’aide d’une bonne posture, de bonnes mécaniques corporelles à maintenir dans vos habitudes de vie et d’exercices spécifiques, que vous trouverez la solution.


L’appui-tête – Un élément de confort

Il est tout à fait faux de croire que l’appui-tête des véhicules automobiles a été conçu pour notre confort. Il s’agit en fait d’un dispositif de sécurité très important. Que l’impact provienne de l’avant ou de l’arrière, l’appui-tête a sa raison d’être. Il est nécessaire de bien l’ajuster (coussin contre l’occiput), car même à un impact de 15km/heure, on peut être affligé d’une blessure cervicale.


Disques déplacés

Les disques qui se déplacent ou subluxent n’existent pas. Les disques jouent le rôle d’amortisseurs et sont bien fixés entre les vertèbres de la colonne. Ils en permettent le mouvement, tout en la protégeant des impacts brusques. Ils bombent naturellement lorsqu’ils supportent une charge, mais les disques sont si bien amarrés qu’ils ne peuvent pas, pour ainsi dire, se déplacer. Suite à une lésion ligamentaire ou à une pression répétée ou soutenue, le disque peut toutefois se déformer et subir un processus inflammatoire.


Maladie dégénérative des disques intervertébraux

Avant que vous n’arriviez à l’âge adulte, vos disques ont déjà commencé à s’assécher. Il ne s’agit non pas d’une maladie dégénérative, mais plutôt d’un processus normal, tel le plissement graduel de votre peau. Au fur et à mesure que le noyau du disque perd de son hydratation, sa membrane externe peut craquer et céder, mais la bonne nouvelle, c’est que les disques se solidifieront de nouveau avec le temps.


Les nerfs coincés sont une cause fréquente de douleur au dos

Un seul cas sur dix (10) résulte en fait d’un nerf coincé. Si c’est le cas, la douleur sera très invalidante au niveau de la jambe et non pas au niveau du dos.


Les maux de dos sont l’apanage des personnes âgées

La plupart des douleurs au dos surviennent entre 25 et 50 ans. Les gens dans la quarantaine sont ceux qui sont le plus exposés aux problèmes de dos. Durant cette période, la colonne vertébrale se fatigue plus rapidement qu’elle ne récupère. Dans bien des cas, passé cette période critique, le processus de réparation s’accomplit et vous serez débarrassé de ce problème de dos d’origine mécanique.


Boire de l’eau donne des crampes

Il y a eu une époque où l’on ne permettait pas aux athlètes de boire pendant la pratique de leur sport et lors de leur entraînement, sous prétexte que cela donnait des crampes et diminuait la performance.

Aujourd’hui, l’importance de s’hydrater adéquatement est bien connue. Évidemment, il ne s’agit pas de boire un litre d’eau lors d’une pause de deux minutes. Il y a une façon logique de bien s’hydrater.

Pour plus d’informations, veuillez vous référer à la section Sujets connexes.


Nous sommes près de chez-vous.